•   Aujourd'hui, j'ai presque cousu du République du chiffon. Je m'explique : j'aime bien le modèle Pétula sur les gens, sans toutefois avoir passé le cap de l'investissement. Aussi, quand ViviB a proposé de me prêter son Fibre Mou n°14, j'en ai profité pour repiquer le chemisier Aila afin de disposer d'une base à pétuliser par la modification de l'empiècement et l'ajout modéré de fronces sur toute la largeur des devant et dos, car si j'ai tendance à préférer Pétula à Aila, je souhaitais tout de même limiter l'ampleur globale du chemisier.

    Pétulante Aila

    Aila / Petula

      Avant ça il fallait que je jauge la concordance des épaules avec mon patron de base pour me prémunir de la partance en arrière du col (qui a une très jolie forme fermé au demeurant). On voit sur cette réalisation ce dont j'aimerais me prémunir : l'impression d'un manque de hauteur sur la zone médiale du tronc (cf. plis obliques du cou aux aisselles), et vu que c'est une adaptation que je dois couramment faire, je n'allais probablement pas y couper sur ce modèle. J'ai donc allongé le papier calque sur les pièces du modèle pour redessiner les pièces.

    Pétulante Aila

      Décodons ce schéma :
    * En noir, les 3 pièces originales du patron en taille S (TP 84/88) telles que je les ai disposées pour y redessiner les nouveaux contours souhaités.
    * En pointillés orange la ligne de taille de mon patron de base que j'avais superposé (perpendiculairement au DF du devant et de l'empiècement) pour m'aider à placer la hauteur de l'encolure et la pente d'épaule, et la ligne d'épaule finale.
    * En orange, le contour des nouvelles pièces :
    - empiècement épaules retracé pour former un V, plus prononcé au dos qu'au devant, se terminant par une bande de 5 cm replacée sur le dessus de l'épaule, raccourcie de 3 cm pour ajouter un bracelet de manche.
    - étirement du devant et du dos de 6 cm pour avoir au total 9 cm à résorber en fronces sur la couture d'empiècement, retracé de la courbe côté pour joindre l'ampleur basse initiale d'Aila.
    - bas allongé d'1 cm
    - demi-col allongé de 0.7 cm

    - bracelet de manche de 4 x 45 cm.

    Pétulante Aila

    Pétulante Aila

    Hum, on voit le pied col.

      J'ai utilisé un morceau de twill Stragier dans lequel j'avais commencé à taper pour faire une housse de table à repasser et ai adapté la longueur du chemisier à son petit métrage. Et comme c'était le seul bout de tissu compatible en stock, j'ai été récupérer des restes du short extra large pour le pied de col externe, le col interne et les bracelets, ce qui fut un peu casse-gueule vu qu'il est à la fois raide et extensible. Un segment de chaque bande de boutonnage, le pied de col et le col externes on été entoilés à la G710 (le type de doublure thermocollante à employer n'est pas indiqué).

    Pétulante Aila

      Les explications sont uniquement illustrées, ce qui ne me déplait pas spécialement. Sachant déjà comment je voulais monter la chemisette, je n'y ai jeté un qu'un coup d'œil de temps en temps.

    Pétulante Aila

      Alors que j'étais un peu mitigée de constater la tournure donnée par les bracelets très raides, voilà que je suis ravie de l'aspect que prend ce petit chemisier avec les bracelets retournés sur l'intérieur : ses manches rebiquent maintenant comme par magie !

    Pétulante Aila

    Paix sur les hortensias

      BIlan : Le chemisier part encore un peu en arrière quand il n'est pas rentré dans le short et que son col est ouvert, mais rien d'inconfortable ou de moche visuellement ; j'aime beaucoup sa coupe aux fronces justement dosées et il a été régulièrement porté depuis deux mois. Si c'était à refaire je redresserais un peu le col à la verticale car celui-ci épouse la base du cou, ce qui contribue à son coté mignon fermé mais un peu raplapla ouvert.


    7 commentaires
  •   Allez, on est le 31 août et je vous dois un article. Continuons à égrener les projets de 2020 avec la veste de Monsieur cousue d'après le livre La veste tailleur homme de Sébastien Espargilhé, qui propose un patron en tailles 46-54 accompagné d'un guide de montage traditionnel en pas-à-pas illustré de photos.

      Après quelques interrogations relatives à la taille à choisir et au placement des crans relatées ici, j'ai opté pour la taille 54 puisque cet individu fait un 50 carrure dos et 46 poitrine sur le tableau de mesures, que l'auteur précise que veste est cintrée et taille plutôt petit et que je savais qu'elle serait portée avec du fourbi dans les poches, si toutefois elle était portée. Après avoir trouvé une flanelle bleu marine chez Sacrés Coupons, je suis allée acheter les fournitures chez Lafayette Saltiel et ait passé l'été sur ce projet en étudiant deux pages par jour en moyenne. C'était suffisamment fastidieux pour ne pas prendre de surcroît des notes au fur et à mesure, donc voici quelques photos en cours :

    Du côté de Ranrouët

      À la différence du livre, je n'ai pas mis de toile de laine sous le plastron mais thermocollé les devants (là on atteint le fond puisque je ne saurais même plus vous dire quelle référence de Vlieseline j'ai choisi, G740 probablement).

    Du côté de Ranrouët

    Ajout de la poche poitrine et de la bande de passement appliquée sur la ligne de cassure du revers.

    Du côté de Ranrouët

    Je m'aperçois à l'instant que je n'ai pas suivi correctement les instruction de picotage du dessous de col puisque les picots sont sensés être perpendiculaires en dessous de la cassure.

    Du côté de Ranrouët

    La veste essayée avec les poches encore cadenassées

      À propos des instructions de confection, le contenu est très didactique et applicable, je ne me souviens pas de points cruciaux passés à la trappe comme s'ils allaient de soi.

    Du côté de Ranrouët

      Le cran du col est assez raté, je ne sais plus ce qui m'a mis dedans mais le col est trop large par rapport au revers. Mais comme Monsieur m'a par la suite demandé d'augmenter l'angle du cran pour pouvoir attacher ses micros dans l'ouverture sans que ceux-ci frottent sur le tissu, ça se voit moins.

    Du côté de Ranrouët

    Ce billet est tellement lacunaire que je ne saurais même pas vous indiquer la composition de cette doublure.

      Que s'est-il passé ensuite ? Eh bien la veste a été adoptée et portée toute une année, détrônant ainsi une Burberry d'occase aux épaules trop larges. Avertissement : les puristes risquent d'avoir un choc à la vue de ce travail de structuration massacré par le poids des objets glissés dans les poches mais à part mettre du grillage à la place de l'entoilage je ne vois qu'y faire. J'ai confectionné avec application une veste qui est portable et portée, ma mission s'arrête là. Mettons-nous donc à présent les doigts de pied en éventail pour la soire diapo des vacances avec mon Bernard Ménez :

    Du côté de Ranrouët

    Photos de blogueuse prises à proximité du meilleur coin caca de Saint-Nazaire

    Du côté de Ranrouët

    Ouais pas mal... même si les manches sont encore un peu longues.

      Le lendemain y a  René qui m'a fait des anguilles de la Brière au barbeuc avec du lard fumé, et j'ai coupé beaucoup de cheveux :

    Du côté de Ranrouët

      Quelques semaines après :

    Du côté de Ranrouët

    Au château de Beaumesnil

    Du côté de Ranrouët

    Du côté de Ranrouët

    En plein biomimétisme......

    Du côté de Ranrouët

    ...

      Trêve de bavardages, quittons-nous avec une vignette musicale qui amusera certainement ceux qui ont déjà croisé le chemin de Monsieur :


    10 commentaires
  •    Aujourd'hui, on passe à l'heure d'été avec un modèle noté A pour la thermorégulation paru dans le Tendances couture n°40 en vente actuellement chez votre marchand·e de journaux, qui titre : "Voici le printemps ! Magnifiques modèles pour toutes les occasions". C'est la deuxième fois (après le numéro 6 et son alléchant chemisier en satin bleu en couv') que j'achète ce magazine qui propose des modèles Simplicity dans une gamme de taille limitée ("dans les tailles 34 à 56 !"), et la première fois que j'en couds un modèle puisque c'est pour le chemisier conçu par Mimi G Style que j'ai acheté le numéro. Il s'agit d'une courte chemisette sans pince à empiècement dos caractérisée par des pans asymétriques devant/dos se rejoignant en arrondi sur une fente côté. Comme il est sorti en 2019 en version pochette (avec le pantalon également présent dans le magazine) sous le matricule 8889, on en trouve plusieurs versions sur la toile pour se faire une idée, et un sew along vidéo lui est consacré.

    Chemisette mimijay

      L'ensemble chemisette et pantalon est proposé en 44, 46 et 48. Mais comme la plus petite taille était estampillée 42 sur une pièce de la planche de patron j'ai comme un doute. De plus le 44 du tableau de tailles est grosso modo équivalent à un 42 français. En comparant à mon patron actuel de chemise de base, je suis donc partie de la plus petite taille à laquelle j'ai appliqué :
    - un retrait de 0.75 cm sur chaque côté
    - un léger creusement de toute l'entournure devant
    - un ajout de 0.7 cm d'embu au niveau de l'épaule dos pour le confort de l'omoplate
    - un creusement du bas de l'entournure dos
    - un réhaussement d'1 cm de l'empiècement dos + création d'une pince d'1.5 cm de profondeur sur la pièce dos cette fois (contrairement à la chemise en flanelle)
    - abaissement d'1 cm de la tête de manche et rétrécissement de 0.6 cm de sa largeur pour garder suffisamment de confort en mouvement.

    Je n'ai pas modifié la longueur, prévue pour une stature de 168 cm, sachant que j'ai la taille haute.

    Chemisette mimijay

    Chemisette mimijay

    Avec les Brumes

    J'ai à demi suivi les explications dont le style diffère de Burda et auxquelles je ne suis pas sûre d'avoir tout compris, heureusement la présence de dessins explicatifs est un plus de poids. Je n'ai pas trouvé le repère de poche sur la pièce devant, ce qui n'est pas bien grave, et les instructions sur la façons de réaliser l'ourlet des manches diffèrent entre le dessin + l'allure du modèle fini (un petit rempli puis un grand, ce que j'ai fait) et la pièce de patron + les valeurs d'ourlets précisées (1.5 puis 1.5 cm). Il y a un lexique en début de livret que j'aurais bien été inspiré de lire avant de me prendre la tête sur l'interprétation à donner au terme faufiler, employé lors de la confection des pattes de boutonnage caché.

    Chemisette mimijay

    Avec une jupe issue d'une chemise, mais que je ne porte jamais. Que je ne portAIS jamais et que je ne pourrai plus porter, ah-ah-ah !

      L'utilisation du reste de la housse de matelas rayée permet de s'aérer sans sortir de son lit ! Je n'aime habituellement pas avoir des courants d'air sur le bide, mais là c'est tellement intentionnel que ça passe.

    Chemisette mimijay

    Pas mal avec la jupe des glaciers

      La tête de manche est haute, mais le confort aux mouvements n'est pas altéré grâce à leur largeur suffisante et au pli du dos. Par contre faut pas lever les bras trop haut !

    Chemisette mimijay 

    Avec le maxi short Burda : trop de compétition de tissu à la taille, ça ne marche pas.

       En vrai tant que je porte un soutif je m'en fiche un peu. On voit aussi que le pan de tissu derrière a tendance à vivre sa vie et se replier sur lui-même quand l'envie lui prend.

      Chemisette mimijay

    Ça sent la réhabilitation du Petit boudin test pour l'été prochain !

    Chemisette mimijay

    Naturel / Après tirage du devant

      Le tomber du corps est bien, mais le col décroche encore trop du dos du cou. Le col fermé reste néanmoins suffisamment confortable.

    Chemisette mimijay

    Marche aussi avec un Safran !

      Voilà, je dirais que nous avons fait une saine utilisation du reste de ce tissu à toile, en combinant mon genre de haut favori à une forme qui n'avait pas ma prédilection à première vue, et qui s'avère au bout du compte très portable.

      Quittons-nous avec Moulou G en avant-goût du prochain projet qui devrait nous donner rendez-vous à Paris dans la rubrique "On se fait une toile ?".


    9 commentaires
  •   Rouvrons le chapitre Deer & Doe puisque je me suis encore adonnée à la mendicité pour pouvoir coudre six ans après tout le monde MA Brume. Comme je me sentais bien dans celle qu'Althea m'avais refilée (T40 en jersey brodé modérément élastique), et que j'avais pu tester avec celle de Liseli en 40 itou (et ceinture allongée) que j'appréciais moins l'effet moulant/crayon donné par un tissu à  l'élasticité marquée, je me suis mise en quête d'un tissu dans lequel réaliser la taille 42 décalquée.  

      L'heureux élu est un jersey romanite (trop l'impression d'être Burda en employant cet adjectif à coucher dehors) meet MILK ("rencontrer du LAIT" donc, en danois comme en anglais selon google traduit, et pourquoi pas coline ai-je envie de dire, l'information à retenir étant que je recommande ce tissu pour ce patron, et vous propose de quitter cette parenthèse inutile afin de poursuivre cette discussion à découvert).

    Brume de lait

    Et mon peignoir, c'est de la double gaze ?

      Sa composition affiche : 68% Tencel lyocell / 30% Nylon / 2% Élasthanne, 280 g/m2, il est bien extensible dans les deux sens et d'une élasticité convenable (le coupon sec était un peu étiré sur les bords après décatissage), et très doux. Les faces sont identiques et constituées de fines rayures noires/bordeaux irisées, utilisées ici dans le sens vertical pour la ceinture et horizontales pour le reste. J'ai choisi le coloris bordeaux après avoir baladé les échantillons dans toute l'armoire, bien ce soient les rose pâle et beige qui avaient attiré mon œil en premier lieu.

    Brume de lait, mon secret de beauté

      La circonférence de la ceinture finie a été portée de 61 à 70 cm pour parvenir au degré de serrage qui me convienne pour porter la jupe par dessus un haut, ce qui était d'autant plus une bonne idée que le tissu est un peu moins extensible en hauteur qu'en largeur. Et y a du rab de tissu sur les 70 cm du coupon.

     Brume de lait, mon secret de beauté

      J'envisageais avec crainte l'emploi de l'aiguille double pour la surpiqure décorative de l'empiècement de hanches car je n'ai jamais de résultat propre malgré tous les essais de réglage possibles, mais en même temps laisser les marges libres de partir de ci de là n'aurait pas été glop pour le rendu final. J'ai donc fini par m'y résoudre avec du fil polyester partout et une tension de 4. Heureusement la relative épaisseur du tissu a du jouer en ma faveur.

      Comme je ne porte pas de gaine, mais une culotte et des collants qui font des bourrelets, voici ce à quoi ressemble la jupe en mode pris sur le vif au retour du travail :

    Brume de lait, mon secret de beauté

      Mais jouons maintenant à la poupée afin de montrer au lectorat comme ce petit morceau d'étoffe se combine adroitement à ses pairs : 

    Brume de lait, mon secret de beauté

    Avec le trio de Bésame Mucho à manches longues, dont celui du milieu pas encore présenté, en interlock siebenblau toujours d'excellente qualité

      Je ne sais pas si l'empiècement est sensé tomber quelque part en particulier, toujours est-il que je suis satisfaite de la manière dont la jupe se pose sur moi, même si c'est rigolo de voir qu'elle se rapproche ici d'une minijupe alors que sur d'autres elle arrive quasiment au genou !

     Brume de lait, mon secret de beauté

    Avec le haut marin et une chemise Monki préboulochée récemment acquise d'occase

      J'aurais du découper mon tissu avec 0.6 cm de marge pour assemblage sans découpe à la surjeteuse car j'ai du m'y prendre à 2 fois pour les arrondis de l'empiècement dos, ce qui a occasionné des coutures un peu plus épaisses qui faisaient protrusion, effet nettement atténué par un cycle lavage-repassage.

    Brume de lait, mon secret de beauté

    Avec les chemises Bruyère, Couture actuelle, et Burda

      J'ai hésité à faire des ajustements a priori entre les fesses et la taille pour mon cul plat car sur la version d'Althea on voit un peu de tissu qui s'affaisse entre les hanches et la taille dos, mais je me suis dit qu'avec l'élasticité du truc ça irait bien assez, donc j'ai juste ajouté 0.5 cm en longueur sur le côté droit pour ma hanche forte.

    Brume de lait, mon secret de beauté

    Avec Mélilot dans le satin spoonflower qui vieillit bien

    Brume de lait, mon secret de beauté

    Très bon comportement à l'étirement avec Bésame Mucho à manches courtes

    Brume de lait, mon secret de beauté

     En mode blogueuse timide avec le chemisier Fashion Style allègrement reporté depuis que j'ai raboté les fichues fanfreluches qui trempaient dans la soupe, au point que je songe à lui faire un petit frère.

      Voilà, une cousette efficace comme qui dirait !


    16 commentaires
  •   La marotte pantalonnière de l'autoniver fait son grand retour aujourd'hui avec le pantalon Persephone d'Anna Allen, un modèle que je regardais en chien de faïence jusqu'à lors, mais qu'il m'est paru indispensable de tester sans report tandis que j'étais en train de retravailler mon short de base. Que vous fûtes en congés sabbatique ou que vous boudiez résolument les fils d'images en langue étrangère, sachez que ce patron de pantalon sorti début 2018 a ceci de particulier de conjuguer une absence couture sur le côté de sa large jambe à un bassin moulant à taille haute. L'adaptation à la forme du bassin est donc procurée par une fourche très oblique devant et au dos, et une pince de taille au dos. Bref, un cas d'école face auquel le petit saint Thomas intérieur susurrait que si l'extérieur avait l'air bien stylé, l'intérieur devait être autrement plus pénible à vivre (surtout que saint Thomas a une différence de taille avec moi. Enfin...je crois). Mais il n'y a que les connes qui n'essayent pas de changer d'avis, n'est-ce pas ?

      Le patron fut acheté, téléchargé, et imprimé au travail dans sa version short en taille 10 (TT=76 TH=102) pour une première toile dont voici le résultat :

    Fourche profonde - ou - Requiem pour deux artères fémorales

    Ah ça pour mouler, ça moule !

       La fourche méritait amplement le qualificatif de spéléologique. Le jour d'après j'ai voulu réimprimer le patron pour repartir de la taille 12 et ai cette fois imprimé le petit carré test qui révéla que la première version était sortie à 94% ! Cette toile 1 était donc équivalente à une taille 6 en haut et 2 en bas...

      Pour la deuxième toile : taille 6-8(dos) en haut et 6-12 en bas en creusant légèrement la pince dos et le bas de la fourche dos. C'était mieux, mais je devais encore m'extirper régulièrement la culotte du fondement tandis que je manquais un peu d'aisance au niveau de la ligne de hanches et n'étais pas complètement à l'aise à la ceinture.

    Fourche profonde - ou - Requiem pour deux artères fémorales

       Jugeant le terrain suffisamment déblayé pour une version pantalon, j'ai fait un appel d'offre à qui voudrait me fournir en sergé raide et lourd, et c'est comme ça qu'une généreuse bienfaitrice m'a refilé de la gabardine Amandine Cha (coloris Eclipse) à 350 g/m2, tellement raide que les instructions d'entoilage ont été ignorées.

    Ajustements accomplis pour le pantalon :
    - hauteur T6 à la taille, abaissée de 0.5 cm au milieu devant.
    - fourche devant T8, abaissée de 0.5 cm et allongée de 0.5 cm.
    - fourche dos T10, abaissée de 0.5 cm et allongée de 0.5 cm, creusée d'1.4 cm pour les fesses basses.
    - réduction du volume la pince dos de 0.7 cm et allongement de 2 cm, et ajout d'une petite pince accessoire d'1.5 cm de large sur le côté du dos. Rien d'indispensable là-dedans, juste une lubie.
    - la ceinture fermée fait 78 cm de circonférence et 3.4 cm de haut (je n'avais pas pris la peine d'imprimer la pièce et me suis adaptée à la largeur de la chute).
    - jambes T10 allongées de 4 cm, avec ourlet à simple rempli de 5 cm.
    - suppression des poches.
    - remplacement de la braguette à boutons par une à zip (je déteste celles à boutons).
    - suppression des passants de ceinture (le port d'une ceinture étant plutôt inutile avec ce modèle).
     

      Je me suis servie du tuto du montage de braguette/fourche à couture rabattue des Petits Boudins pour garantir la centralité de la couture de fourche.

    Fourche profonde - ou - Requiem pour deux artères fémorales

    La coupe se trouve valorisée par une pose jambes écartées

    Fourche profonde - ou - Requiem pour deux artères fémorales

    Jambes jointes, je retrouve mes habitués de la coupe jean : les bulles de tissu sous le pubis devant, le pli sous la fesse et le bec de fourche au plus fort de la fesse.

      La ceinture tombe 2 cm sous ma taille naturelle et donc pile sous la dernière côte, ce qui me va très bien comme ça. Le ventre se trouve alors comme dans un hamac. Comme elle est droite, elle baille pas mal au milieu dos, mais porté avec une chemise ça passe inaperçu. Contrairement à ce que les lignes de tension horizontales du devant pourraient laisser penser, le boudinage est surtout ressenti entre la taille et le haut des hanches ; la base des cuisses à l'horizontale comporte de l'aisance, mais c'est le tirant diagonal entre le périnée et la mi-hauteur du bassin sur le côté qui est pénible. Ces clichés instagram illustrent parfaitement la situation.

      J'ai d'abord testé le pantalon en promenade : le tissu se sent pas mal à l'aine comme si un surplus de tissu se formait à chaque enjambée, et le frottement de ce tissu produit des petits vrombissements aigus genre "zouip zouip zouip" qui m'agacent particulièrement. Mais comme je m'en doutais avec les toiles, c'est lors du passage en station assise que ce modèle serre la vis : il est une incitation permanente à se tenir droite et à faire du manspreading une question de survie.  

    Fourche profonde - ou - Requiem pour deux artères fémorales

      J'ai tenu une petite heure avant d'avoir des picotements derrière les genoux et au dessus des mollets. Et pourtant on ne trouve pas ça dans mon armoire à pharmacie :

    Fourche profonde - ou - Requiem pour deux artères fémorales

    Tiens ça y est, l'abbé Soury a giclé de l'emballage ?

      Donc là j'avoue que j'hallucine un peu devant la quantité de gens qui vantent le confort du modèle. Est-ce ma conformation qui se trouve particulièrement contrariée par la coupe du pantalon, est-ce le tissu choisi qui manque de compliance, sont-ce les gens qui parlent trop vite ou ne restent jamais assis très longtemps ? Ce serait une concordance des trois que ça ne m'étonnerait pas.

      A noter que je trouve le patron ok : les photos de présentation ne sont pas trompeuses, le patronnage ne me semble pas aberrant pour la contrainte imposée de l'absence de couture côté, l'attribution des tailles me paraît juste et les explications sont soignées. C'est juste que, comme je le pressentais, le résultat est pour moi invivable en position assise.

      Pour finir, quelques photos avec le haut marin dont j'avais piqué l'inspiration du dos à la même Anna Allen :

    Fourche profonde - ou - Requiem pour deux artères fémorales

    Ce pantalon perd beaucoup de son charme dès que sa taille est recouverte par un autre vêtement.

    Fourche profonde - ou - Requiem pour deux artères fémorales

    Vous en conviendrez.

      Pas découragée, je repars à l'assaut du jean perso : un coupon de velours milleraies camel devrait arriver par la prochaine diligence.

    Fourche profonde - ou - Requiem pour deux artères fémorales

     Titiclop-titiclop-titiclop-huhuhuuu

      Bonus : quelques articles trouvables en français à propos du modèle, celui de Mamie Camille, les MixeusesMarjo (qui a abandonné au bout de deux toiles), Jolies bobines. Et quelques billets en anglais sur des formats similaires au mien : Sew Becky Jo, Begonia Sews.


    31 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique